Site icon La petite école de Caroline – cours particuliers langues et loisirs

🇫🇷 Autosuffisance – suivi et gestion du jardinage et des récoltes : classeur du jardinier

Au démarrage, un cahier de jardin : bof.

En commençant mon potager très sérieusement en 2018 dans le but de nous nourrir, j’ai pris le taureau par les cornes. Il y avait eu des tentatives avant, juste comme ça, mais Julia était trop petite et je n’arrivais pas à me dégager du temps. Là, c’était différent. Julia était plus grande, et de mon côté j’avais un besoin criant de mettre mon énergie dans autre chose, de me défouler.

Et c’est alors, que de lectures en observations, l’emplacement s’est imposé de lui-même et j’ai fait mon “chantier de fille”. Car mettre des carrés potager en place et des buttes de permaculture, c’est sacrément physique tout de même.

Une fois tout en place, j’avais commencé un cahier où j’ai noté mes réussites, mes observations, mes râtés, mes plans, mes rotations. Tout pêle-mêle ce qui n’est pas très efficace ni organisé, surtout quand on arrive à la 3ème année.

Un classeur : pour être hyper organisée !

Cette année, quand je me suis dit qu’on allait essayer de viser l’auto-suffisance alimentaire, Vincent m’a tancée et m’a dit : “Ben faudrait peut-être commencer par tout noter, pour savoir combien on produit, en prendre conscience et ajuster”.

“C’est pas faux”, comme dirait Karadok. Et là je me suis dit que mon cahier, vraiment, ça n’allait plus. Si dans ce miasme d’info, je rajoute encore des récoltes, c’est fini.

C’est ainsi que j’ai commencé un outil plus organisé que mon cahier -un classeur, eh oui, côté maîtresse d’école oblige !

Le tout est donc bien organisé en onglets où je peux rajouter des feuilles selon l’évolution :

  1. Récoltes légumes et observations
  2. Récoltes fruits et observations
  3. Mes listes d’envies
  4. Plans du potager
  5. Projet forêt-jardin
  6. Recettes diverses
  7. archives

Une fois l’année terminé, le tout sera classé dans l’onglet “archives”.

Mes impressions

Je suis hyper convaincue du classeur du jardinier, hyper organisé. Rien à voir avec le cahier de jardinage façon bullet-journal, où tout était pêle-mêle, donnant une impression de désordre.

Et la suite ?

Et bien grâce à mon super outil, je pourrai vous dire combien nous avons récolté d’ici la fin de saison !

Quitter la version mobile