đŸ‡«đŸ‡· Bilan : 3 ans complet de zĂ©ro dĂ©chet.

Eh voilĂ , 3 annĂ©es de zĂ©ro dĂ©chet rĂ©volues, nous entammons la 4Ăšme. Initialement, nous sommes entrĂ©s dans la dĂ©marche Ă  la demande de Julia. Pour une enfant de 10 ans, 3 ans, c’est un peu moins que le tiers de sa vie.

Autant vous dire que le challenge est diffĂ©rent qu’au dĂ©but. PassĂ© l’engouement et la motivation du dĂ©but, il y a la volontĂ© de tenir sur la durĂ©e. Et aussi parfois le fameux coup de mou, la baisse du moral liĂ©e Ă  la solastalgie, ce coup de tristesse qui vous envahit. Julia commence Ă  voir le monde avec les yeux d’une enfant qui grandit, un regard critique. Et quand on entend aux infos les pseudos rĂ©solutions du monde politique ou l’inaction face aux catastrophes naturelles, elle ne mĂąche pas ses mots la petite. Mais voilĂ , on la comprend, elle, si motivĂ©e, oscille parfois entre rĂ©signation et colĂšre.

Sur les 3 ans voici notre bilan :

1. Ce qu’on a tenu :

  • Notre maniĂšre de faire les courses : du vrac, avec nos boĂźtes de prĂ©fĂ©rence. Aucun problĂšme tant au super U qu’au magasin bio oĂč Ă  la ferme oĂč on achĂšte nos fromages. Part des achats en supermarchĂ© rĂ©duite.
  • Les plans anti-gaspi : il m’arrive d’en prendre encore, surtout pour les fruits type banane (ça ne pousse pas dans mon jardin).
  • Tendre vers une certaine auto-suffisance en fruits et lĂ©gumes. .
  • avoir des contenants pour faire les courses en vrac Ă  l’improviste dans le coffre de la voiture. Quand on habite en pleine pampa, oui, on dĂ©pend pas mal de la voiture.
  • Valoriser, rĂ©cupĂ©rer et rĂ©parer jusqu’au bout. Pour nos vĂȘtements, mais aussi pour des objets. Il y a 3 ans je vous faisais part de mon idĂ©e de mettre une claque Ă  mon stock de vĂȘtement. Ca y est, je viens enfin de sortir la 1Ăšre fournĂ©e de choses que j’estime ne plus ĂȘtre portables (aprĂšs rĂ©parations qui ont mĂȘme embelli les piĂšces avec de belles broderies). On va dire que je n’ai pas le mĂȘme seuil de tolĂ©rance que mon mari, mais en mĂȘme temps, je vois beaucoup plus de monde dans le cadre du travail. Etre prĂ©sentable, c’est non nĂ©gociable.
  • zĂ©ro dĂ©chet pour la salle de bain, le mĂ©nage, le jardinage, la cuisine. Sisi, on s’y tient !

2. LĂ  oĂč nous sommes allĂ©s plus loin

  • un relan de « sobriĂ©tĂ© heureuse » pour reprendre l’expression de Pierre Rhabi. Nous faisons vraiment le choix de ne plus surconsommer, mais nous nous faisons toujours plaisir et cela nous tient Ă  coeur. Car dans sobriĂ©tĂ© heureuse, il y a heureux et pas le mot radin. Cela a toujours Ă©tĂ© le cas, mais c’est davantage conscient et volontaire comme dĂ©marche. Donc non, je n’ai pas besoin de dĂ©penser des fortunes en virĂ©es shopping. Mais j’aime beaucoup aller au restaurant de temps en temps avec mes deux acolytes. Comme il y a peu de dĂ©penses « shopping », des plats prĂ©parĂ©s ou peu de dĂ©penses inutiles en gĂ©nĂ©ral, je peux aussi me faire plaisir avec une belle machine Ă  coudre qui dure dans le temps. Consommer moins, mais diffĂ©remment et mieux.
  • I made my clothes : face Ă  la fast fashion qui pollue et broie les gens qu’elle emploie dans des conditions assez horribles, j’ai dĂ©cidĂ© de ne plus cautionner ça. Non, je ne consommerai plus de marques qui sous paient et font travailler des femmes, des enfants et et des hommes au pĂ©ril de leur santĂ©, de leur vie et de leur sĂ©curitĂ© comme c’est le cas en Inde, au Pakistan, au NĂ©pal etc. Je choisis de faire mes vĂȘtements, du moins, une partie et c’est dĂ©jĂ  un bon dĂ©but. AprĂšs tout, crĂ©er est ma passion. Autant qu’elle serve. Alors c’est sĂ»r : quand moi je n’ai achetĂ© que mon tissu, d’autres auront achetĂ© plein de piĂšces Ă  trĂšs bas prix. Mais Ă  quel vrai « prix » ?
  • en route vers le vĂ©gĂ©tarisme : nous avons drastiquement diminuĂ© notre consommation de viande. Mais vraiment drastiquement. J’achĂšte encore occasionnellement un peu de charcut, surtout pour Vincent et Julia. Pour ma part, plus le temps passe, moins ça me manque. Un bon pavĂ© de saumon en revanche, c’est plus tentant. En ce qui me concerne, la viande, c’est vraiment quand on sort, que je vais occasionnellement Ă  la cantine ou qu’on est invitĂ©s dans la famille que je vais devoir faire un effort. C’est surtout de mon cĂŽtĂ© qu’il y a incomprĂ©hension de ce choix.

3. LĂ  oĂč on a lĂąchĂ© du leste.

  • abandon du 100% verre pour la congĂ©lation en raison du poids pour les tiroirs de mon congĂšl. Je rĂ©utilise les choses suivantes : sacs en papier (sisi, ça marche), d’anciens bacs Ă  glace ou des tupps en plastique. Je voyais que c’Ă©tait trop lourd pour les tiroirs. Il y a encore du verre dans le congĂ©lateur, mais moins. Pour des petites choses qui ne seront pas conservĂ©es trop longtemps, le sac papier, c’est pas mal.
  • le tofu est emballĂ©. Quand tu diminues drastiquement ta conso de viande et que tu aimes le bon tofu (pas le bjorg tout pas bon), tu te confrontes au fait que le tofu est emballĂ© sous vide.
  • Le dentifrice. Je suis obligĂ©e d’utiliser du dentifrice Elmex… Le dentifrice zĂ©ro dĂ©chet, j’aimais beaucoup, mais mes dents n’ont pas aimĂ© du tout ! Trop abrasif, cela m’a crĂ©e une sensibilitĂ©.
  • l’aprĂšs shampoing : seul produit de beautĂ© oĂč nous n’avons pas trouvĂ© un Ă©quivalent efficace sans emballage ou zĂ©ro dĂ©chet. Pour mes cheuveux jusqu’Ă  mi-dos ça va. Pour la chevelure de Raiponce de ma fille, il faut malheureusement le truc classique.
  • Instauration d’un « cheat meal », repas de triche, pour reprendre l’expression en vogue pour ceux qui font attention Ă  leur ligne. Pour une gamine de 10 ans, ĂȘtre autant engagĂ©e dans la dĂ©marche zĂ©ro dĂ©chet, ce n’est pas rien. Mais pour tenir sur le long terme et ne pas crĂ©er de frustration, de temps en temps, on lui dit : ok, lĂ , tu peux choisir un produit emballĂ©. Presque toujours, elle demande des « Maultaschen », les fameuses ravioles allemandes.

4. L’arrivĂ©e du chat

Il y a presque un an, le 13 mars, nous adoptions Jayce Ă  la SPA. Ce grand matou ultra cĂąlin de 7 ans qui ne trouvait pas de famille durant un an. Il n’Ă©tait plus un chaton, ça aura suffit comme critĂšre … Il aura attendu, mais il mĂȘne la vie de Prince chez nous 🙂 J’irai mĂȘme jusqu’Ă  dire que nous Ă©tions vraiment fait pour nous entendre lui et nous 3 !

  • Mister Jayce a une litiĂšre compostable qui fini en engrais pour les fleurs. A dĂ©faut, il fait ses besoins dans le jardin, sous l’Ă©rable – MĂŽssieur a ses habitudes.
  • Les jouets sont rĂ©cups ou bricolĂ©s par Julia. Son favori : nos Ă©lastiques Ă  cheveux et chouchous.
  • Arbre Ă  chat, coucouche paniers etc : rĂ©cup de chez ma grand-mĂšre qui nous a donnĂ© les affaires du dernier chat qu’elle avait.
  • Pour sa pitance : des pĂątĂ©s dans des boĂźtes alu – au moins c’est recyclable.
  • Pour ses friandises : je lui achĂšte de la saucisse que la bouchĂšre met dans un tupp. Moins de dĂ©chet, moins cher, moins transformĂ©. Il a une tranche par jour, qu’on lui donne par tiers ou moitiĂ© comme des friandises. Pas de viande pour moi, mais quelques rondelles de saucisse pour le chat 🙂
  • Pour les croquettes : lĂ , je me retrouve effectivement avec un sachet plastique.

5. Et la poubelle ?

On la sort trÚs, mais alors trÚs peu. Tous les 3 ou 4 mois je dirai. Le carton je le réutilise de plein de maniÚres : pour allumer la cheminer, bricoler, pour la permaculture (en guise de géotex).

Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres dĂ©chets. Ce mois de fĂ©vrier, le chauffe-eau vient de rendre l’Ăąme. D’autres choses ont besoin d’ĂȘtre remplacĂ©es car en fin de course dans notre maison.

6. Et notre objectif dans tout ça?

Donc voilĂ , pour moi, le fameux bocal que montrent fiĂšrement certains adeptes du zĂ©ro dĂ©chet n’est pas un objectif que je souhaite atteindre. Je souhaite simplement limiter le plus possible mon empreinte, continuer Ă  faire trĂšs attention, Ă  produire trĂšs peu de dĂ©chets, surtout les plastiques qui sont un vĂ©ritable flĂ©au.

Et si parfois, comme Julia, je suis dĂ©sespĂ©rĂ©e par les discours creux ou le climato-sceptiscisme, eh bien au moins j’ai le sentiment d’avoir, tel le colibri, fait ma part et ne pas rester les bras croisĂ©s. Faire partie de ceux, qui font bouger les choses, certes d’un petit pas, mais qui auront essayĂ©.

Rendez-vous dans un an, pour un nouveau bilan !

9 commentaires

  1. Bonsoir,
    Je suis trĂšs admirative de ta dĂ©marche. J’aimerais pouvoir dire que j’en suis au mĂȘme stade malheureusement, mĂȘme si on y est sensibilisĂ©s et qu’on essaie de faire attention, c’est loin d’ĂȘtre le cas. L’avantage (si c’en est un) c’est que l’on peut toujours progresser et on va tacher de le faire !
    En ce qui concerne les croquettes, je crois que certains magasins en vendent en vrac ?
    Belle soirée !

  2. Bonsoir,
    C’est en faisant des petits pas que ça marche 🙂 Nous n’avons pas tout changĂ© d’un coup ici 🙂

    Pour les croquettes, il n’y en a pas en vrac par chez moi, Ă  moins, j’imagine, de faire 50 km pour aller Ă  la grande ville du coin (Strasbourg). L’animalerie qui propose des croquettes en vrac par chez moi, c’est malheureusement du faux vrac, du bon vieux greenwashing : on t’oblige Ă  acheter un contenant plastique, que tu dois remplir Ă  ras bord et … qui est Ă  usage unique (sic!). Je leur ai fait la remarque en leur disant : » vous ne pouvez pas appelez ça du vrac, c’est mensonger » Du coup, je prends un assez gros sac au super U du coin. Et puis, la saison des souris dans les champs recommence : Mossieur nous ramĂšne des cadeaux, hihihi
    Bonne nuit

  3. Bravo Ă  toi et ta petite famille pour tous ces efforts et tous ces changements mis en place ! La volontĂ© et l’engagement de ta pitchoune sont fantastiques. Rien ne peut ĂȘtre parfait, mais si tout le monde faisait comme vous, peut-ĂȘtre que l’environnement se porterait un peu mieux ?!
    Encore bravo à vous ! 👏👏😉

    • oh merci c’est si gentil ! Mais je vois sur ton blog que tu fourmille d’idĂ©es et de gestes tellement respecteux de l’environnement (cet article sur les fer Ă  repasser Ă  l’ancienne !) Merci Ă  toi.

  4. Le dentifrice de la marque Weleda est sympa mais emballĂ© dans du carton et un tube en alu ou un truc du genre qui sont recyclable… 😃 Moi j’admire les gens comme vous. Ici nous avons le tri de dĂ©chets de notre dĂ©chĂšterie intercommunale et ça me dĂ©culpabilise un max que mon mari ne fasse pas encore le choix du ZD 😉 pour les courses.

  5. Super!
    Ich versuche auch, MĂŒll zu vermeiden und kaufe alles, was geht, unverpackt – am schwierigsten finde ich es bei Milchprodukten (wobei ich Milch beim Bauern in eigenen Glasflaschen hole, Joghurt und Sahne in Pfandflaschen) wie Creme fraĂźche oder Quark – das bekomme ich nirgends offen, sondern nur in Plastik.
    Weiter so!
    Liebe GrĂŒĂŸe
    Nanni

    • Hallo Nanni !
      Ja bei uns gibts beim Bauer ein Pfandsystem. Das ist ziemlich praktisch. So bekomme ich unsere CrĂšme FraĂźche oder FrischkĂ€se. Ich wohne in einem kleinen Dorf und bin sehr … AutoabhĂ€ngig. Da geht’s nicht anders. Mit meinem Julchen ist unser Arbeitsweg und Schulweg 15 Km lang. Da geht es nicht mit dem Rad, 30 km pro Tag, wenn man 10 Jahre alt ist 🙂
      Ich versuche daher vieles mit dem Arbeitsweg zu kombinieren.
      Liebe GrĂŒsse Dir zurrĂŒck.

      • wow, das fehlt hier, ein Bauer mit offenem FrischkĂ€se etc. bei uns geht auch nicht alles ohne Auto. Dieser Winter war auch besonders kalt und nass – im Sommer wird es wieder besser 😊

Laisser un commentaire